Patrick Bécheau, Rêve d'Envols

Publié le par Marie Calonne

L'air.
Emballage incolore sur chacun de nos pores.
Un acquis subtil, porteur de l'indispensable: la présence. Vitale.
 
L'air.
Véhicule de l'expression sonore, de toutes particules de lumière(s).
Nos souffles s'y mélangent, l'air muscle, au rythme du coeur, nos poumons.
 
L'air.
L'air du dictionnaire: fluide gazeux, invisible, inodore, pesant compressible et élastique qui entoure le globe terrestre et dont la masse forme l'atmosphère: un des quatre éléments de la physique ancienne.
 
Tantôt, si quiet que l'on l'oublierait; tantôt, si tourmenté il nous envole dans sa colère.
Si des fois expulsé tout au long de soupirs inconsolables, inconsolés, d'autres fois il orchestre des cascades de rires éclatés.
Nous sommes le jour du printemps, encore très frais, précoce en cette année 2016.
L'air de cette saison déjà arrivée  invite Perséphone à fuir ses cavernes ôtées de chants volatiles tandis que lors d'un déjeuner en famille, nous rencontrons Patrick Bécheau... au fil de l'air. Sur terre.

 

 

Au Fil de l'Air, Fil Décousu...

C'est avec cet élément, insaisissable, que compose Patrick Bécheau pour faire ronronner les moteurs à gaz de son entreprise de toile, cuir, osier et acier, assurant à ses passagers un voyage vers les limbes d'un émerveillement éthéré.
C'est toujours avec cet élément que compose Patrick, au point de peut-être s'y mimétiser, peut-être malgré lui: cet élément, qui avant de connaître sa propre force tempestive, se craint fragile ou trop délicat, se laissant bousculer, plaquer et confiner par les mouvances des autres, peut-être trop égoïstes, involontairement... ou pas.
D'avions en parapentes et de parapentes en montgolfières.
Du Périgord aux Pyrenées et des Pyrenées en Périgord.
La légendaire Pyrène lui enverra une Reine de Coeur jusqu'en Périgord, pour le retenir sur terre lors d'une dépression aérienne aux allures assassines.

Vivre son Rêve... Bleu

Si cela fait 15 ans qu'il pilote des montgolfières, c'est surtout depuis ses 15 ans adolescents qu'il commence à "randonner dans le ciel".
Patrick Bécheau: Quand j'ai eu 15 ans - et que je foutais rien à l'école - mon père a eu l'idée de me laisser comme aide-mécanicien à l'aéroclub de Sarlat. À cette époque-là l'aviation était plus populaire que maintenant, et les jeunes y avaient leur place pouvant apprendre à voler.
Au préalable, j'avais fait un rêve qui m'avait troublé, c'était vers mes 14 ans: je décollais à pied depuis le Breuil à Sarlat - on habitait en haut de la coline avec un pré qui descendait - et ce rêve m'avait troublé, je savais que j'avais envie de voler...
Un rêve, une vie, des cycles. Et si aujourd'hui, son rêve, de mutation en mutations, s'incarne dans un martin-pêcheur sur fond bleu, qui sait demain, de fil en fils, ce que des Moires, il s'en tissera...
 

La Sensibilité à 360º: Gage de Sécurité 

Il s'agit certainement du meilleur outils de notre "passeur à casquette", pour assurer la sécurité des participants.
La sensibilité, aux senseurs et récepteurs paramétrés au maximum. Qu'il s'agisse de l'ouïe, de l'épiderme, du sens olfactif, des 6000 fibres qui composent chaque iris bleu acier du pilote, sont attentifs, absorbant chaque brin d'air, mesurant la température, et, du regard, il capture la posture des passagers, il audite leur rythme, leur tempérament qui transparaît dans le débit sonore de leurs paroles ou... de leurs silences.
Les sens au nombre égal au pentagone, sont en alerte et action permanente, lors du vol.
Patrick prend sur lui, absorbe sur son "tableau de bord" personnel et animique tous ces reflets qui l'entourent, ces reflets et projections des autres aussi, pour piloter ce voyage à la destination plus ou moins improvisée, presqu'inconnue... au fil de l'atmosphère. Juste comme l'air qui se laisse envahir, soit-ce de parfums, soit-ce d'impuretés...
Avant les consignes de sécurités, précèdent les modalités d'accueil, Patrick n'aura que les "5 premières paroles", invitant les participants à toucher la nacelle, à s'appuyer dessus pour faire connaissance...
 
Patrick, ancien enseignant de deltaplane, souligne: "Je n'ai qu'une minute pour attraper les gens". Cette minute essentielle va lui permettre à titre d'indicateur, de tâter le niveau de stress, d'excitation de chacun, qu'il devra "équilibrer" pour assurer le confort collectif.
Une fois les moteurs éteints, un vol en montgolfière est un vol en silence...
La dimension humaine, ne suffit pas, à celle-ci s'ajoutent divers outils techniques de mesure et toute une équipe!

Crédit photo Becheau
 
TECHNIQUEMENT...
Régine, qui aime voler nous explique:
Le ballon s'achète en volumes cubiques et non en m2...
Dordogne Périgord Montgolfières lancée en 2002, est actuellement dotée de 3 ballons: de 3600m3, 5100m3 et de 7000m3. Le ballon c'est une masse d'air chaud qui monte dans de l'air froid, donc il faut un contraste, et plus l'air ambient est chaud, plus il faut chauffer le ballon, sans dépasser les 120 degrès.
Nous, nous n'avons jamais dépassé 92 degrés. Il y a un témoin de chauffe en haut du ballon qui permet de mesurer la température.
 
Côté licence pour ne pas avoir à la renouveler, il faut éviter de rester plus de 180 jours sans voler. Tous les 2 ans, il y a audit, qui regarde et contrôle les carnets de vol par ballons, les carnets de route.
Dès immobilisation du ballon et à partir du moment ou celui-ci ne peut plus décoller, cela est considéré comme "accident", avec 72h pour le déclarer à l'aviation civile.
 
Si nécessaire, Patrick, en bon pilote et responsable du vol devra faire autorité par une éventuelle remontrance, et surtout ne pas se laisser envahir par l'autre, dans un cas de figure d'un comportement inapproprié par un des passagers, dans ce cas précis, Patrick n'hésitera pas à écourter le vol histoire de mettre tout en oeuvre pour la sécurité de tous.
P.B.: Souvent on me demande, s'il n'y a pas un peu de répétition ou de monotonie d'un vol à l'autre, surtout après 43 années à voler tout le temps...
Ce qui me réjouis et qui est toujours totalement nouveau, c'est l'arrivée de mes passagers... en moyenne c'est 5-6 personnes qui arrivent en même temps pour monter dans la montgolfière (...) quand ces personnes arrivent, ils me regardent et la première chose que je fais: j'enlève ma casquette (et je me dis: il doivent me trouver "vieux"! Mdr!!! Ne répondant pas au standard de pilotes des magazines ou reportage d'aventures...)

 
P.B.: J'arrive à faire un équipage positif, qui va me permettre d'avoir le temps de prendre de bonnes décisions, de me poser au bon endroit, d'ammener une atmosphère sécurisante (...).
Le tout se faufillant entre flux et strates d'airs différents, une vraie navigation entre un mille feuilles de brises et Zéphirs... Au-delà du "Sourire de France", doté de si jolis grains de beauté de couleur claire: ces restes de castrums et châteaux dorés aux donjons, corps de logis et remparts, taillés de tendre calcaire des fois effondrés.

Un Pilote sur Terre

Sur terre, et déjà étant sur le "territoire" du Camping Le Garrit, avant même de passer le seuil d'entrée privée, il est aisé de remarquer qu'ici, il n'y a pas beaucoup de place pour le superflu.
La sobriété prend la place, s'accaparant de la présence, comme la rivière qui prend possesion de son lit.
 
Un grand bout de ciel; un grand bout de rivière; de la terre au profil ondulé; du métal, témoin et acteur aux cicatrices historiques de Résistance en Périgord; quelques pierres, briques pour un autre pont et pour quelques maisons dont cette ancienne ferme des ancêtres de la famille Bécheau.
Les choses simples, qui donnent le goût du vrai, comme un marché du dimanche matin, l'osier du panier et corbeilles qui s'emplissent de légumes de saison, fruits de la terre, cueillit par des producteurs locaux, leurs mains d'hommes et de femmes au lieu de machines mécaniques. Que d'ingrédients pour accueillir un rituel dominical, le déjeuner hebdomadaire entre famille et amis.
Patrick, manuel et touche-à-tout, se fait plaisir, en toute simplicité, quand il creuse son bassin à grenouilles...
 
On devine le goût du vrai qui façonne - peut-être le nom commun préféré du pilote - le "creuset" de son foyer qu'il partage avec, sa salvatrice, sa Reine à lui: Régine, source personnelle de sérénité. Lors d'une conversation il dira: "J'ai été sauvé par une reine". Celle-ci lui a donné une nouvelle vie, un nouveau souffle.

 

 
Patrick et Régine, tous les deux en accord, sous un code vestimentaire de randonneurs, vous accueillent au camping, avec une capacité d'accueil de 70 emplacements pour tentes ou caravanes, comprenant 3 mobiles-homes.
Leur reflet mutuel, est un miroir réciproque au dénominateur commun qui s'étend bien au-delà des apparences, tous deux partagent leur savoir-faire de "petites-mains" parcourant mille-et-une toiles de parapentes quand couturiers, les Pyrenées, le deltaplane.
Et côté coeur, un jour, peut-être que Régine vous révèlera le secret de son GPS "cordiforme", fiable et visionnaire!
Un tour de force. Exempte de semblants.

Le Périgord: ma Famille

Qui dit Périgord, dit truffes, foie-gras... Qui dit Périgord dit préhistoire, châteaux...
 
Quand Patrick dit Périgord, il dit "Berceau".
Le Périgord dans le sang. Depuis plus de 500 ans.
Le Périgord, c'est son identité transversale.
 
Sa soeur, historienne et écrivain public, Anne Bécheau, le régale de "friandises". Des friandises de lettres, d'histoire et d'archives locales et familiales, dont elle a le secret des ingrédients. Des friandises qui le rassurent et lui racontent d'oú il vient. Il s'en ravit, même s'il ne se souvient pas toujours bien des dates...
 
Chaque perle de son collier d'enfance se compose des plus beaux paysages de la "Vallée des Châteaux", où s'y mélangent Bézenac, Panassou, Castelnaud, la maison Carvès à la Roque-Gageac construite par un de ses ancêtres, maître batelier...  Et tant d'autres encore...
Il raconte: "C´était nos premières balades à vélo, c'était Panassou (...) château à taille humaine... le comble de l'esthétique" C'est en y travaillant comme jardinier, qu'il financera son brevet d'avion, quand adolescent.
 
Quand Patrick dit Périgord, il dit aussi "lénifiant"...
Car dans ce pays sans "vents qui énervent", à l'air qui se laisse adoucir par l'humidité des bois, ici, on risque de finir en belle au bois dormant.

 

 
Acteur touristique présent en ces lieux et à leur écoute, son ADN historique souffre à juste titre de certains projets analogues à "des coups de couteaux" qui écorcheraient cette magnifique vallée avec le risque de souiller les eaux claires de la Dordogne, au risque de perdre de son classement en tant que réserve de biosphère à l'Unesco.
Quand il en parle, il en saigne.
 
Il se raconte dans la famille, qu'en 500 ans, chaque générations a déménagé de 500 mètres... Patrick s'en amuse. Père de deux enfants, son fils à l'aube d'une vingtaine d'années a déjà cassé les moeurs de cette habitude généalogique en changeant de continent.
 
Ce vol est terminé!
Place à l'apéritif si 19h....ou au petit-déjeuner si 9h!
 
 
www.perigord-dordogne-montgolfieres.com
Au 06 83 26 47 66 ou au 05 53 29 20 56
 
www.campingdugarritendordogneperigord.com
Le Garrit - 24220 SAINT-CYPRIEN - Tél. : 05-53-29-20-56 - Portable : 06-83-26-47-66
  • campings dordogne camping perigord sarlat : camping*** du garrit piscine chauffee et riviere dordogne location chalet mobil home gite camping car piscine zwembad
  • campings dordogne camping perigord sarlat : camping*** du garrit piscine chauffee et riviere dordogne location chalet mobil home gite camping car piscine zwembad
  • campings dordogne camping perigord sarlat : camping*** du garrit piscine chauffee et riviere dordogne location chalet mobil home gite camping car piscine zwembad
  • campings dordogne camping perigord sarlat : camping*** du garrit piscine chauffee et riviere dordogne location chalet mobil home gite camping car piscine zwembad

  •  
Remerciements à Patrick (pour sa patience!), Régine et Anne
Crédits photos: PerigordNoirdeMarie/ Bécheau
Crédits photos: PerigordNoirdeMarie/ Bécheau
Crédits photos: PerigordNoirdeMarie/ Bécheau
Crédits photos: PerigordNoirdeMarie/ Bécheau
Crédits photos: PerigordNoirdeMarie/ Bécheau
Crédits photos: PerigordNoirdeMarie/ Bécheau
Crédits photos: PerigordNoirdeMarie/ Bécheau
Crédits photos: PerigordNoirdeMarie/ Bécheau
Crédits photos: PerigordNoirdeMarie/ Bécheau
Crédits photos: PerigordNoirdeMarie/ Bécheau
Crédits photos: PerigordNoirdeMarie/ Bécheau
Crédits photos: PerigordNoirdeMarie/ Bécheau
Crédits photos: PerigordNoirdeMarie/ Bécheau
Crédits photos: PerigordNoirdeMarie/ Bécheau
Crédits photos: PerigordNoirdeMarie/ Bécheau
Crédits photos: PerigordNoirdeMarie/ Bécheau
Crédits photos: PerigordNoirdeMarie/ Bécheau
Crédits photos: PerigordNoirdeMarie/ Bécheau
Crédits photos: PerigordNoirdeMarie/ Bécheau
Crédits photos: PerigordNoirdeMarie/ Bécheau
Crédits photos: PerigordNoirdeMarie/ Bécheau
Crédits photos: PerigordNoirdeMarie/ Bécheau
Crédits photos: PerigordNoirdeMarie/ Bécheau
Crédits photos: PerigordNoirdeMarie/ Bécheau
Crédits photos: PerigordNoirdeMarie/ Bécheau
Crédits photos: PerigordNoirdeMarie/ Bécheau
Crédits photos: PerigordNoirdeMarie/ Bécheau
Crédits photos: PerigordNoirdeMarie/ Bécheau
Crédits photos: PerigordNoirdeMarie/ Bécheau

Crédits photos: PerigordNoirdeMarie/ Bécheau

Publié dans Visages du Périgord

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Nature 04/07/2016 13:06

Encore un splendide reportage...
Merci!

Marie Calonne 17/07/2016 13:59

Bonjour Nature,
Merci pour ce mot et d'avoir lu l'article.
Bel été!

Quentin B. 03/07/2016 20:18

Fabuleux, merci pour ce récit

Marie Calonne 17/07/2016 14:01

Bonjour Quentin,

Merci pour ce commentaire. Pas de joli récit, sans bon sujet.
Bel été